Centres régionaux
 

 Accueil  Que faisons-nous ?  Réalisations  L'équipe  Installateurs  Apprentis  Revue de presse  Forum  Contactez-nous  Liens 
Dohner (1665 Estavanens) 12m2 ECS & appoint au chauffage dans bâtiment Minergie,construction à neuf



Une installation solaire dont l'autoconstruction a été inscrite le 11.06.2004 mais qui n'a été réalisée qu'à partir de l'été 2007 ! Il faut dire que l'autoconstructeur avait prévu de faire lui-même le bâtiment au préalable et avait commencé en automne 2002 déjà. L'accumulateur combiné a été installés en 2004 et n'a servi pendant 3 ans qu'à faire l'ECS, et ce n'est qu'en 2007 que l'autorisation de construire pour l'installation solaire extérieure a été obtenue.

Nous sommes donc en présence d'une exception qui confirme la règle des "yeux plus gros que le ventre" à laquelle nous disons de faire attention au cours de base. A savoir que si on fait l'entier de la construction d'une maison, c'est très très lourd. Ici, l'autoconstructeur a tenu le coup, au contraire de beaucoup d'autres, mais le long délai entre le projet et la concrétisation montre bien que si on veut vraiment TOUT faire de ses mains ou presque, il faut être pugnace et patient. Il y a là un enseignement fondamental de l'autoconstruction, compatible avec le second principe de la thermodynamique, qui dit que pour faire de la qualité (de réalisation et de conditions de travail), sans prétériter l'avenir (par exemple en recourant au crédit ou bouzillant de la ressource), et sans dissiper d'entropie insupportable (par exemple en finissant par un divorce ou un infarctus), il faut faire les choses LENTEMENT.


Galerie

IMAGE AUTOCONSTRUCTEUR, COMMENTAIRES SEBASOL. Absorbeurs finis, vus de dos
 2
IMAGE AUTOCONSTRUCTEUR, COMMENTAIRES SEBASOL. Détail d'un capteur. Arrivé distribution, départ vers l'autre champ, et purge. Vu sa position, la purge sera dans le cabanon, tout près du faite. On voit aussi le doigt de gant de la sonde. Le câble est rouge car en silicone, pour tenir à la température dans les capteurs. L'emplacement stratégique de la sonde sur l'absorbeur est juste, mais le brasage ainsi sur le tube est faux. Pourquoi ? Cf. image suivante
 4
IMAGE AUTOCONSTRUCTEUR, COMMENTAIRES SEBASOL. Même image que précédemment, mais autre perspective. On voit que l'autoconstructeur a soudé un autre doigt de gant qui va vers l'extérieur. Ce doigt de gant sert à mettre le thermomètre qui permet de voir la température du capteur depuis l'extérieur (et qui accessoirement fait un petit pont thermique, mais la simplicité du système qui permet ainsi la surveillance du capteur depuis dehors compense largement ce tout léger inconvénient). On voit que le doigt de gant de la sonde est brasé sur le tube. Déjà que cela a du être plus difficile à faire que de le braser en contact avec la tôle et le tube, ce n'est pas le meilleur endroit. Pourquoi ? Parce que la sonde doit mesurer la température à la sortie de la série d'absorbeurs (et là donc, l'emplacement "stratégique" est juste), et une température caractéristique de l'absorbeur, QU'IL Y AIT CIRCULATION OU NON. Elle doit donc être à la fois contre la plaque (s'il n'y a pas de circulation) et contre le tube (s'il y a circulation). Mettre ici le doigt de gant contre le tube, c'est mesurer quelques degrés de moins que la température de la plaque tant que la circulation n'a pas démarré, ceci parce que le cuivre conduit ailleurs dans l'isolation, et parce que le tube contient de l'eau qu'il faut chauffer à la température de la plaque. Le départ se fera avec un certain retard. Une fois qu'il y a circulation, cela n'a plus d'importance que le doigt de gant soit contre le tube seulement. Mais en cas de nébulosité variable et/ou de luminosité faible, la circulation démarrera à chaque fois avec du retard. Ce n'est heureusement pas encore trop grave car l'emplacement stratégique de la sonde est juste, mais c'est quand même une bizarrerie dont on se demande bien où diantre l'autoconstructeur a pu lire qu'il fallait faire ainsi. Le pire bien sûr (et qui est déjà arrivé et qu'il a fallu alors à chaque fois faire corriger) aurait été de mettre le doigt de gant sur le tube de récolte, à l'ombre. La sonde ne voit alors plus jamais directement la radiation et les retards au départ de l'installation sont monstrueux. Quand l'installation démarre. En effet, les capteurs peuvent bien partir en surchauffe alors que la sonde à l'ombre ne voit toujours rien! et quand elle voit en-fin quelque chose, c'est trop tard pour faire circuler : le circuit est en vapeur.
 6
IMAGE AUTOCONSTRUCTEUR, COMMENTAIRES SEBASOL. Vu d'un cabanon en construction, avant pose des verres
 13
IMAGE AUTOCONSTRUCTEUR, COMMENTAIRES SEBASOL. Vue en hiver. Les capteurs font la face sud de 2 cabanons, ou comment joindre le solaire au fonctionnel. A quoi peuvent bien servir ces cabanons ? Réponse plus loin.
 15
IMAGE AUTOCONSTRUCTEUR, COMMENTAIRES SEBASOL. Nouvelles vue d'un champ-cabanon en hiver.
 17
IMAGE AUTOCONSTRUCTEUR, COMMENTAIRES SEBASOL. Voici le thermomètre qui permet de voir la température en haut du capteur et dont il y a été parlé quelques images plus haut. On est vraisemblablement en hiver, vu l'arrière-fond blanc en haut à droite.
 19
IMAGE AUTOCONSTRUCTEUR, COMMENTAIRES SEBASOL. Voici un des cabanons. Celui là sert de .... poulailler.
 21
IMAGE AUTOCONSTRUCTEUR, COMMENTAIRES SEBASOL. Vue en belle saison
 23
IMAGE AUTOCONSTRUCTEUR, COMMENTAIRES SEBASOL. Vue par le sud
 25
IMAGE AUTOCONSTRUCTEUR, COMMENTAIRES SEBASOL. Et vue rapprochée d'un capteur-cabanon. Il y a 4 capteurs en série, pour une surface de 6m2.
 30
IMAGE AUTOCONSTRUCTEUR, COMMENTAIRES SEBASOL. Arrivée de la purge dans un cabanon.
 30
IMAGE AUTOCONSTRUCTEUR, COMMENTAIRES SEBASOL. Ici robinet de vidange sur le solaire. Avec une appréhension quand même : il semble bien plastoc le robinet. En fait, le corps est en laiton et seul le bouton et le bec sont en plastique. Ouf on respire. Cette remarque n'est pas anodine. Imaginez que le robinet soit de type plastoc-pas-cher-mon-frère qu'on achèterait chez Hornbach. En ce cas nous prédirions un destin bien tragique à robibrole-plastoc, quand il verra circuler des hautes températures pendant 8h par jour jour après jour en été.
 35
IMAGE AUTOCONSTRUCTEUR, COMMENTAIRES SEBASOL. Accumulateur combiné Jenni, ici fort bien emballé avec des lattes de vieux bois. Ca en jette, question aspect !

A présent, un motif de mécontentement HABITUEL : l'ECS a été fait par un installateur local. Il y a deux erreurs massives, dont les effets vont se renforcer l'un l'autre : il n'y a pas de siphon anti-thermosiphon et les tubes sanitaires sont en POLYETHYLENE (vous avez le droit de dire "plastique", même si le terme est inexact). Que va-t-il se passer l'été, quand l'accu combiné sera à 95°C pendant des semaines vu qu'il n'y aura plus de besoins de chauffage ? BINGO vous avez compris. Tout ce beau plastique n'est PAS FAIT pour tenir des températures pareilles sur des durées pareilles. Or ce que vous avez vu, un installateur sanitaire avec un CFC, lui, il y a vu que dalle. Comme un robot, il a a posé son plastique, parce que ca va vite, parce que réfléchir ca empêche d'aller vite, parce que c'est comme ca qu'on fait alors si c'est comme ca qu'on fait, la REALITE elle, elle qu'à se plier à ce qu'on fait. Et bien on assure que la réalité elle va se faire un PLAISIR de ne PAS se plier.

L'autoconstructeur va rappeler l'installateur et lui faire corriger ca avant l'été. Sinon il risque bien de voir son circuit sanitaire partir au plafond. Et pour une erreur pareille, même pas digne d'un apprenti en première année de CFC, il est clair que l'intervention ne sera pas facturée. En cas de mauvaise volonté (genre de bluff assez fréquent dans l'arrière-pays), la faute professionnelle est si évidente que le marteau d'une protection juridique ramènera vite l'indélicat à la raison. Dès que ce sera fait, nous inséreront une nouvelle image après celle-ci.
 50
IMAGE AUTOCONSTRUCTEUR, COMMENTAIRES SEBASOL. Groupe hydraulique. On remarque que le circuit solaire n'était pas fini d'isoler au moment ou l'image a été prise. Evidemment, tout ça, c'est de la perte pour des prunes. Et la perte pour les prunes, c'est du bois et de l'électricité qu'on paie.
 55
IMAGE AUTOCONSTRUCTEUR, COMMENTAIRES SEBASOL. Idem. La régulation à gauche, est une des anciennes TEM, qui assurait pourtant déjà la stratification deux-niveaux avec priorité ECS.
 60
IMAGE AUTOCONSTRUCTEUR, COMMENTAIRES SEBASOL. Autre vision de la catastrophe sanitaire. Pour le solaire on remarque que l'autoconstructeur a un amour certain de la cintreuse. C'est très bien car ca évite d'acheter des pièces (coudes etc.) et ça réduit les pertes de charge. Ca ne fait pas des tubes droits, et des installateurs du type et du niveau de celui qui fait l'erreur fondamentale sur le sanitaire vont alors se gargariser du fait que ca ne fait pas "professionnel". Mais les lois de la physique, de l'esthétique elles s'en tapent. Les "installations potemkine" c'est pour la réalité virtuelle des dépliants quadrichromiques publicitaires. Dans la réalité réelle, une installation montée en accord avec les exigences d'efficacité énergétique, avec des matériaux compatibles et résistants aux conditions de fonctionnement, et tant pis si cela ne fait pas "pas aligné couvert", vaut mille fois un montage faux et dangereux mais qui fait joli. Qui sait, peut-être qu'à Tchernobyl, peut-être aussi les tuyaux ils étaient alignés couvert et ils faisaient ainsi joli. Evidemment, un bon installateur fera juste ET soignera l'aspect. Mais ici on est en autoconstruction. Le but est de faire juste et d'exploser le prix de l'installation. Faire absolument joli est affaire du goût de l'autoconstructeur. Goût souvent assez sûr d'ailleurs, preuve en est ici l'emballage de l'accumulateur combiné en lamelles de bois (chose qu'on ne verrait pas de la part d'un clef-en-main classique).
 65
IMAGE AUTOCONSTRUCTEUR, COMMENTAIRES SEBASOL. Base de l'accumulateur combiné. Solaire encore à isoler. Le petit bidon à gauche est chargé de récolter le glycol en cas d'ouverture de la soupape de sécurité. D'une part il est trop petit, mais d'autre part vous pouvez voir un tuyau vert aller dedans. Le dit tuyaux arrive de la soupape et est un simple tuyau d'arrosage krakra-cheap de jardin, qui devient déjà mou comme un lombric pour peu qu'on y fasse passer de l'eau chaude du robinet. Etant acquis que la soupape s'ouvre en cas de surpression, que la surpression est due le plus souvent à la surchauffe, que la surchauffe, comme son nom l'indique, est un tantinet plus chaude que l'eau chaude du robinet, on peut sans hésitation parier sur une agonie rapide et gore du tuyau d'arrosage kra-kra cheap si la soupape s'ouvre. Nous avons demandé à l'autoconstructeur de changer cette plaisanterie de jardin pour un tube qui tienne la route question température.
 70
IMAGE AUTOCONSTRUCTEUR, COMMENTAIRES SEBASOL. Vue de la vanne 3-voies de stratification. Ici aussi, c'est un modèle ancien, qui fonctionnait bien, mais qu'on a remplacé par un modèle plus futé dès 2006.
 75
IMAGE AUTOCONSTRUCTEUR, COMMENTAIRES SEBASOL. Vision plus éloignée
 80
IMAGE AUTOCONSTRUCTEUR, COMMENTAIRES SEBASOL. Purges à des points hauts à l'intérieur. L'isolation n'est pas encore terminée.
 85
IMAGE AUTOCONSTRUCTEUR, COMMENTAIRES SEBASOL. Ce qu'il faut voir, ce sont les tubes brillants derrière et non pas les sanipex bleu devant. Les premiers sont les lignes solaires. Celles-ci sont les mêmes que celles montrées non isolées l'image précédente. Comme elles font un point haut, il y a donc deux purges pour aider à la mise en service et ramasser/virer l'air résiduel éventuel. Le système est vieux comme le monde - on le retrouve dans beaucoup d'intsllation anciennes pensées dans l'objectif de la durabilité et de l'entretien aisé (les modernes sont pensées dans l'objectif de l'obsolescence programmée et du maintient du client dans un statut de consommateur captif, tout cela fait augmenter l'indice débile de "richesse" qu'on appelle PIB)- mais toujours aussi futé. Le tube part d'abord vers le haut, ce qui fait bouteille et permet d'accumuler de l'air, mais comme c'est malpratique d'aller ouvrir une purge tout là-haut contre le plafond, ensuite il redescend un peu. C'est plus facile de purger, même si pour chasser l'air coincé en haut on doit vider le liquide qui est dans la partie redescendante. Un tel système sort donc un peu plus de liquide à chaque purge qu'un système avec la purge vers le haut, mais il est facile de récolter le liquide avec un bidon lors de l'opération, il n'est donc pas perdu. Rappel : le propylène-glycol (=l'antigel) ca coûte et c'est légèrement toxique pour l'environnement. Alors autant le garder en réserve pour éventuellement le réinjecter si nécessaire, si possible sans réinjecter de l'air :-)...

Les tuyaux sanipex bleu devant servent à alimenter le poulailler et le bassin du jardin en eau en cas d'épuisement de l'eau de pluie récupérée du toit. Comme c'est de l'eau froide, ils ne sont pas isolés.


 90
IMAGE AUTOCONSTRUCTEUR, COMMENTAIRES SEBASOL. Vases d'expansion et groupe. Un vase pour le stock combiné, un pour le solaire. On remarque le siphon vers le bas du vase solaire, qui empêche le thermosiphonnage de second type et ainsi que la membrane du vase ne cuise.
 95


Copyright © 2017 Sebasol. All rights reserved.