Centres régionaux
 

 Accueil  Que faisons-nous ?  Réalisations  L'équipe  Installateurs  Apprentis  Parrains  Revue de presse  Forum  Contactez-nous  Liens 
Desmeules (1084 Carrouge) 9m2 ECS avec brassage,rénovation. Août 2002.



Ce qu'il y a d'intéressant avec l'autoconstruction, c'est la diversité des expériences et des solutions mises en oeuvre par les gens du commun. Ainsi en est-il de cette installation réalisée en milieu campagnard, qui se caractérise par le troc de service entre artisans locaux divers. Vincent Desmeules, serrurier et artiste sur fer forgé à ses heures, a ainsi troqué ses compétences contre celles du ferblantier et, en partie, du sanitaire. Avec un bon taux d'autoconstruction et une aide à chacun de ces corps de métiers pendant leur intervention, le coût financier de l'installation a pu être maintenu à 7'700.- TTC pour 9m2 avant toute subvention, soit 850.- le m2 installé fini TTC. Et ceci pour une installation qui n'est pas élémentaire, puisqu'elle inclus le brassage entre l'accumulateur fossile existant et l'accumulateur solaire. Ce qui constitue une sécurité anti-surchauffe et optimise l'utilisation du fossile, vu que les départs chaudière sont limités, voir annulés en été. Quant au coût de revient du kWh utile calculé cash sur 20 ans après subvention, il est de la moitié du coût du kWh mazout calculé de la même manière sur le combustible seul, c'est-à-dire amortissement de la chaudière et charges/ramonages non compris, et en considérant bien sûr que le mazout sera toujours à 50cts le litre dans 20 ans…


Fiche technique

Les propriétaires
Vincent Desmeules : Serrurier, artiste sur fer forgé. Principal autoconstructeur.
Pascal Desmeules : paysan.

Type
Installation solaire ECS 500L avec brassage sur l'accumulateur ECS de la chaudière combinée mazout (200L).

Accumulateur
Cuenotherm 500 litres à deux registres.
Isolation 7cm PUR, manteau métal
2 Echangeur de chaleur 1" de 1.2 m2 et 2.2 m2.
Ouverture pour appoint électrique non utilisée.
Anode de protection magnésium contre la corrosion.
Qualité suisse garanti 5 ans.

Régulation/cpt de chaleur
TEM SZ avec compteur de chaleur incorporé
Débitmètre à impulsion WEM15 RE1 + doigts de gants et sondes

Circulateur
PAW 25-40.

Vase d'expansion
Reflex type N, 50 litres.

Capteurs
K6 Sélectif, test de qualité SPF172, 9 m2
Intégration en toiture, ferblanterie périphérique cuivre.

Circuit solaire
Cuivre DN18
Antigel Motorex Glythermin GP42. Proportion 50% pour –30°C
Isolation coquilles Vetroflex alu 30mm.

Circuit de brassage
Pompe UPS 25-40, clapet.

Circuit ECS
Mitigeur thermostatique.

Production
Simulée Polysun : 4’600 kWh/an (7 personnes). Mesurée : mesures en cours.

Coût hors subventions
En valeur brute : 7’700.-, connexion ECS, mitigation, licence, transports, TVA et RPLP compris. En valeur d'usage, 6’950.- après partage 50/50 du boillon de 500L également utilisé par le mazout.

Coût après subventions
3’000.- en valeur d'usage, avec prise en compte également de la remise d’impôt pour frais d’entretien d’immeuble, selon barêmes de l’ADER (M. Ernest Baderscher).

Coût du kWh utile
Durée de vie 20 ans, simulé : 3.2 centimes.

Si l'on veut comparer ce coût avec le coût du kWh utile produit par une installation à énergie fossile, il importe de prendre en compte le coût du combustible fossile plus celui de l'installation plus celui des charges annuelles (raccordement, entretient, ramonage etc.) et de savoir en outre que, de manière générale, la durée de vie d'un système fossile actuel est de l'ordre de 15 ans, et non 20 ans ou d'avantage pour un système solaire.
Galerie

Vue générale. Joli coin, non ? Intégration du champ solaire impeccable
 0
Puisqu'on vous dit impeccable
 0
Mais puisqu'on vous le dit !
 0
Détail latéral, on peut voir les habergements et la découpe des tuiles récentes sur ce vieux toit aux déformations importantes, parfaitement reprises par l'élasticité des verres trempés (cf. aussi installation Robatti)
 0
Détail. Le siliconage du rebord n'était pas nécessaire. L'eau ne peut remonter à cet endroit, et le silicone est ici sous l'effet des UVs ; sa durée de vie n'excèdera pas quelques années. Ceci au contraire du silicone poussé sous la vitre pour l'étanchéité en fond de champ, qui est absolument nécessaire pour éviter le siphonnage par capillarité entre la ferblanterie et la vitre, et qui est protégé des UVs par la vitre, justement.
 0
Arrivée des lignes à travers la grange. Ici visible la ligne du chaud. Isolée Vétroflex/laine de verre 30mm
 0
Arrivée de la ligne du froid. Isolée en Tubolit 25mm. M. Desmeules avait un stock de Tubolit à liquider. Sur le conseil du chauffagiste local qui n'y voyait pas de problème, il a insisté pour l'utiliser. On se trouve là devant un cas typique d'avis divergents entre les corps de métiers de la technique du chauffage et celle du solaire. Il faut comprendre que la plupart des artisans en chauffage sont habitués à travailler avec des chaudières qui appliquent des températures de consigne de l'ordre de 65°C. De ce fait ils n'arrivent souvent pas à concevoir qu'un champ solaire atteigne 200°C en surchauffe. Le centre régional, conscient du fait, déconseille l'utilisation d'une isolation de type Tubolit pour le solaire, car elle ne supporte pas de hautes températures comme le Vétroflex ou l'Armaflex HT. En l'occurence, l'utilisation du Tubolit a été restreinte à la ligne du froid, c-à-d la ligne de retour vers les capteurs, qui ne doit en théorie pas voir circuler un fluide de température supérieure à 100°C. En théorie... L'avenir dira si le risque pris par l'autoconstructeur en valait la chandelle. Dans le cas contraire, il en sera quitte pour venir réclamer des coquilles vétroflex et réisoler en laine de verre…
 0
Vue de l'accumulateur solaire. L'accumulateur fossile est de l'autre côté du mur
 0
Vue rapprochée pour inspection. De ce fait, l'isolation frontale du groupe hydraulique a été temporairement ôtée. De même le cache pour la régulation. Les deux lignes les plus proches ne concernent pas l'installation solaire.
 0


Copyright © 2017 Sebasol. All rights reserved.