Centres régionaux
 

 Accueil  Que faisons-nous ?  Réalisations  L'équipe  Installateurs  Apprentis  Parrains  Revue de presse  Forum  Contactez-nous  Liens 
Tufarolo-Rettig (1863 Le Sépey) 7.8 m2 ECS, rénovation



Cette installation est la dernière de type SPF313 non sélectif double vitrage qui ait jamais été réalisée sous la supervision de Sebasol Vaud. Et encore a-t-elle été mise en service une année après les autres car les époux Tufarolo-Rettig, épuisés par la rénovation de leur chalet La Rose des Alpes, ont peiné à la terminer. Au-delà de l'installation solaire elle-même, La Rose des Alpes est une référence de rénovation respectueuse de l'environnement, aussi performante thermiquement qu'un bâtiment Comme le Label Que Vous Savez. Pierre ollaire massif de 3 tonnes, isolation en fibre de bois respectueuse de l'environnement, respect des formes traditionnelles et vitrages high-tech de U 0.7 W/m2K (pas banal pour l'époque !!!), soin apporté au détail, M. Rettig a même bataillé pour placer le champ en un point de la toiture où l'eau ne circulerait pas sur la tête des personnes ! Ce bâtiment a d'ailleurs été une source d'inspiration pour la construction Cretton/Enney, et peut-être aussi pour la construction Dulex. C'est tout un type d'architecture énergétique de montagne qui se met ainsi en place à travers le réseau Sebasol ; le réseau qui permet, au-dessus du stratus, d'économiser des tonnes de bois. Des données architecturales et de consommation précises seront bientôt fournies par les propriétaires.

En 2012, cette installation qui serait traitée de 'primitive' par n'importe quel premier vendeur de capteurs venu à qui si on lui tordait le nez il en sortirait du lait, fonctionne encore parfaitement. Deux seul éléments ont posé problème : le chauffe-eau, soit disant super-high-tech, fleuron de l'industrie, a vu après 9 ans dégringoler la protection interne contre la rouille. Celle-ci portait le doux nom de 'vitroflon'. Ah! quand des pubards inventent des noms pour des choses qu'ils ne comprennent pas, la Mystique du Progrès en devient un poème. Le problème, c'est que poème ou pas, ça reste une mystique. N'écoutant que son courage, le vendeur a décliné toute responsabilité. De fait, les Tufaorolo-Rettig attendent que le fleuron de la technique parte en couille... :-) Ensuite, la régulation, qui s'est mise à déconner après 12 ans, et qu'il a fallu changer. Et l'installation solaire, la boite en bois pas bien, les tuyaux en cuivre pas modernes, et que sais-je encore. Rien, nib, pas la moindre trace d'un pépin. Le plus drôle, c'est qu'on peut écrire ça 100x, il y en aura toujours plein pour acheter des bidulons high-tech en se disant qu'ils sont au pinacle de l'évolution. Il est vrai que Darwin a dit que la sélection naturelle s'appliquait à toutes les créatures.

Fiche technique

Les propriétaires
Lui : architecte
Elle : enseignante

Type
Installation solaire ECS avec appoint électrique.

Accumulateur
Sonnenkraft 550 litres à deux registres
Isolation 10 cm mousse, manteau PVC
2x2 Echangeur de chaleur 1' de 1.3 m2 et 2.1 m2
Appoint électrique 4.5 kW.
Anode de protection correx contre la corrosion.

Régulation
Sonnenkraft SKS-1

Compteur de chaleur
Amtron Solar
Débitmètre à impulsion WEM15 RE1 + doigts de gants et sondes

Circulateur
PAW 25-40.

Vase d'expansion
Reflex type N, 35 litres.

Capteurs
EN93 SPF313, 7.8 m2
Intégration en toiture, ferblanterie périphérique cuivre.

Circuit solaire
Cuivre DN15
Antigel Antifrogen L. Proportion 50% pour –28°C
Isolation coquilles Vetroflex alu 30mm

Circuit ECS
Mitigeur thermostatique.

Production
Simulée Polysun : 3’640 kWh/an. Mesurée : mesures en cours.

Coût hors subventions
En valeur brute : 7’745.-, connexion ECS, mitigation, licence, TVA et RPLP compris. En valeur d'usage, 5’745.- car un boillon sanitaire aurait du être installé de toute façon.

Coût après subventions
4’240.- en valeur d'usage, avec prise en compte également de la remise d’impôt pour frais d’entretien d’immeuble, selon barèmes de l’ADER (M. Ernest Baderscher). Il est à noter que, suite à des lenteurs fonctionnaires aussi incroyables que curieuses, M. et Mme Tufarolo-Rettig se sont vus privés de 1400.- de subventions auquels ils auraient eu droit.

Coût du kWh utile
Durée de vie 20 ans, simulé : 5.8 centimes. Avec les subventions manquées, il aurait été de 4 centimes.

Si l'on veut comparer ce coût avec le coût du kWh utile produit par une installation à énergie fossile, il importe de prendre en compte le coût du combustible fossile plus celui de l'installation plus celui des charges annuelles (raccordement, entretient, ramonage etc.) et de savoir en outre que, de manière générale, la durée de vie d'un système fossile actuel est de l'ordre de 15 ans, et non 20 ans ou d'avantage pour un système solaire.

A bon entendeur. Avec une eau chaude produite 70/40% à partir de l’électricité de nuit/jour à 14/25 le kWh, le temps de retour du système solaire est de 7 ans ! L’installation ayant été mise en service en octobre 1999, elle est donc déjà presque qu’à moitié payée au moment de cette mise à jour.
Galerie

COMMENTAIRE CHANTIER 1999, SEBASOL. Peu de photos nous restent de l'époque. On voit ici les travaux sur la façade (bois naturel). On peut remarquer qu'une partie des anciennes fenêtres traditionnelles ont déjà été remplacées par les nouvelles versions à haute performance, et voir que cela ne change pas fondamentalement l'aspect du chalet. Par contre, quelle différence de confort à l'intérieur !
 0
Vue du champ solaire de 7.8m2 SPF 313 parfaitement intégré à la toiture. Les fenêtre sont encore anciennes sur cette façade.
 0
Dito vue rapprochée
 0
Petite tuiles vaudoises plates.
 0


Copyright © 2017 Sebasol. All rights reserved.