Centres régionaux
 

 Accueil  Que faisons-nous ?  Réalisations  L'équipe  Installateurs  Apprentis  Parrains  Revue de presse  Forum  Contactez-nous  Liens 
Jaquier (1347 Le Sentier) 7.5m2 ECS sur support de balcon, rénovation



Une très belle réalisation en intégration sur balcon, où l'autoconstructeur a en outre utilise une solution simple et bon marché pour protéger ses lignes en façade. M. Jaquier réalisera 2008 à faire un champ en appoint chauffage sur support. Vous retrouvez cette suite sur "Jaquier bis"



Galerie

2007 : Avant toute chose, indispensable de relever la barrière de la terrasse
plus pour des raisons de sécurité que d'esthétique

 1
2007 : Les supports en tube d'acier sont ensuite soudés contre les montants de
barrière qui accueilleront les panneaux solaires.

 2
2007 : Il faudra déplacer les boîtes à lettres pour passer les conduites en
chaufferie.

 3
2007 : Le grand jour... et les grands moyens pour entrer l'accu de 500lt....

 5
2007 : et la nouvelle chaudière à mazout Tobler Sixmadum 21KW. Pourquoi se
priver de l'utilisation de la grue basée sur le chantier d'à côté ?!

 6
2007 : Vue sur les supports de panneaux.

 7
2007 : Pose du caisson des panneaux avec l'aide de Paul Cardinaux qui
construisait son installation de 22.5 m2 simultanément. L'aide a été
réciproque et très efficace.

 8
2007 : Ajustage et soudure de la barrière....

 9
2007 : ...Idem ici.

 10
2007 : Pose des lignes et des absorbeurs... en amoureux par un grand
soleil...attention les doigts, ça chauffe déjà !

 11
2007 : L'on peut voir ici les 3 lignes (système Tilchenmann oblige) qui ont été
posées en interne, ainsi que les Omégas pour compenser la dilatation des
lignes. Le procédé interne est à peine plus risqué, car au cas ou une
brasure lâche, le démontage est important contrairement à des raccords
externes. Les avantages sont que: les lignes "froides" chauffent dès leur
entrée dans le panneaux solaire, alors que la ligne chaude garde toute sa
chaleur.

 12
2007 : Belle vue du côté du MT Tendre avec une belle lignée d'absorbeurs.

 13
2007 : Moment crucial de la pose des verres toujours en amoureux !!

 14
2007 : ...Idem

 15
2007 : Vu de l'arrière, une maison de la Vallée de Joux que rien ne distingue des
autres

 16
2007 : Dito par devant

 18
2007 : En contre-plongé

 19
2007 : Par dessous, on voit la structure d'accrochage, faite en tubes carrés
soudés par l'autoconstructeur

 20
2007 : Idem de l'autre côté, où on voit même mieux

 21
2007 : Le profil sort de la ferblanterie, c'est OK

 22
2007 : Par dessus, avec l'enrobage cuivre encore neuf, et donc rutilant

 23
2007 : Détail du coin gauche, avec la gomme. Propre.

 24
2007 : Report de dilatation de la tôle. Le champ étant un 5x1, il fait 10ml de long. C'est long pour la dilatation et le ferblantier a du prendre des mesures propres à son métier.

 26
2007 : Sortie des lignes. Le croisement indique que probablement M. Jaquier
devait intervertir les lignes pour pouvoir entrer de manière rationnelle
par le percement vers la cave. C'était l'endroit le plus simple pour le
faire et cela sera caché par les caissons par la suite.

Note : sur les longs trajets, et en particulier si on travaille à plusieur
ou on passe par des endroits ou les lignes sont invisibles, une des
erreurs les plus fréquentes est l'intervertion des lignes au moment
d'arriver sur le groupe. Des autoconstructeurs, mais aussi des
installateurs négligents et des apprentis tête en l'air se sont fait avoir
de cette manière. Il y a pourtant un moyen simple de ne pas intervertir
les lignes : c'est de suivre la ligne du chaud avec le câble de la sonde ;
pas d'erreur possible à ce moment. C'est ce que l'autoconstructeur fait
ici : on voit nettement que le tube du câble suit la ligne du chaud, qui
va passer par dessous.

 28
2007 : Ca continue ici. La ligne du chaud est dessous. Le câble doit être caché
derrière.

 30
2007 : On continue sur la façade du bâtiment. A priori, la ligne du chaud est
toujours dessous. C'est donc dessous qu'elle entre dans le bâtiment.

 32
2007 : Comment protéger les lignes en façade. On ne peut pas les laisser "à
l'air" comme on peut le voir encore dans beaucoup de kits krakra "si bon
marché" fourgués par des vendeurs de soupe. Les bestioles (genre fouine)
adorent s'attaquer au câble, les oiseaux (tous genres confondus) adorent
dépiauter l'isolation pour en faire leur nid (tout le monde aime être bien
isolé chez soi) et les UVs adorent la cuire (et ne tenez svp aucun compte
du bagout du vendeur sur la soi-disant "résistance" de l'isolation aux UVs
: c'est du flan). En quelques années cette ligne serait dans un état de
dégradation avancé. Que faut-il faire ?

 34
2007 : Et bien il faut la protéger par un caisson ou une gouttière. Il y a plein
d'exemples sur le site il faut aller voir. Habituellement les caissons et
gouttières sont en cuivre ou zinc-titane, ce qui leur permet de tenir le
temps. Habituellement c'est le ferblantier local qui soit les plie et
l'autoconstructeur les pose, soit les pose lorsque c'est du clef-en-main.

Evidemment, cette prévention représente un surcoût et si ce surcoût gène,
il n'y a plus qu'à essayer la maladie avec la fausse économie qui consiste
à ne rien faire et se retrouver après 10ans avec une installation pourrie
style "faite en bouts de ficelle de botte". Evidemment, ce genre de
surcoût ne va pas se retrouver dans le devis du vendeur de kit. Ma foi,
dans la vie, il ne faut pas rien que regarder le prix en bas, il faut
aussi lire le devis et savoir ce que c'est qu'un cahier des charges.
Tiens, de cahier des charges il y en a un à www.sebasol.ch/public/cahier.pdf,
merci de votre attention.

 36
2007 : Ici l'autoconstructeur a opté pour un caisson en bois, fabriqué avec les
chutes de l'OSB qui a servi à faire le support des capteurs. C'est une
solution bon marché, mais de moindre durabilité que celle qui consiste à
recourir au cuivre. Mais par contre l'écobilan est probablement meilleur
(le cuivre, c'est lourd sur l'environnement) et suivant l'explosée que
risque de prendre le prix du cuivre dans les prochaines années, les
caissons risquent de moins susciter de convoitises... Il est peut-être
possible de prolonger très longtemps la durée de vie de tels caissons, par
exemple en les enduisant d'huile de lin, ou bien en clouant sur les partie
horizontale une petite planchette facile à remplacer qui elle, aura la
tâche de pourrir en lieu et place du caisson.

Parenthèse : de telles stratégies sont intéressantes et interpellent
beaucoup de scientifiques impliqués dans la question des écobilans
globaux, pour autant que leur préoccupation outrepasse celle de
l'optimisation de la taille du boulon pour rendre leur industrie "leader"
sur Tout Le Reste de l'Univers. Il peut s'énoncer comme cela : entre un
objet fait

dans un matériau qui demande beaucoup d'énergie fossile, est recyclabe
quasi sans intervention, est de très longue longévité voire increvable et
ne demande de ce fait pas de travail humain pour son entretien (exemple :
aluminium).

dans un matériau qui demande peu voire aucune énergie fossile, est de
courte longévité et se dégrade vite (comparé à l'autre) et demande de ce
fait du travail humain pour son entretien/remplacement (exemple : bois non
traité)

quelle est la meilleures solution ? La réponse n'est pas simple du point
de vue de l'écobilan pur. Mais par contre elle est peut-être plus évidente
du point de vue de l'écobilan+social : si un production humaine ne demande
pas d'activité humaine pour être maintenue, elle va générer

soit la décadence (les gens ne se soucient plus du prix que ça coûte, ne
savent plus comment ça fonctionne et croient que cela leur sera du demain
parce que c'était là hier. Exemple : l'électricité de la prise, l'eau du
robinet, le lait de la brique, le poisson du surgelé)

soit la guerre (ceux qui n'ont pas la chose jalousent ceux qui l'ont car
ceux qui l'ont n'ont pas besoin de ceux qui ne l'ont pas et ceux qui ne
l'ont pas vont rééquilibrer les choses).

soit les deux. Et à ce point de vue donc, la solution qui implique le
second matériau est peut-être nettement gagnante que la première. Et
pourtant, la première est le phantasme universel que nous vend notre
société.

Fin de la parenthèse merci de votre attention.

 38
2007 : Pour éviter le vieillissement relativement rapide des panneaux craint par
Pascal, une couche d'accrochage puis 2 couches de peinture protègent
l'extérieur et en partie l'intérieur au cas ou l'eau viendrait à entrer.

 39
2007 : Pour arriver sur le groupe hydraulique, en plein chantier.

On se concentre : la ligne chaude étant en avant-plan sur l'image
précédente, elle doit redescendre à gauche et... c'est bien ce qui est le
cas : elle arrive à gauche sur la vanne rouge du groupe, donc du côté de
la ligne chaude. On comprends à présent pourquoi l'autoconstructeur a
interverti les ligne sur le balcon. S'il avait gardé la ligne chaude
dessus, elle serait à présent à droite et il aurait du les intervertir au
moment du branchement sur le groupe.

 41
2007 : Photo précédende également, qui montre le siphon et la connexion sur le
chauffe-eau

 42
2007 : Voici à présent la même photo au moment du PV de mise en service.

 45
2007 : Ce n'est pas encore tout isolé, mais on voit le cable qui suit la ligne du
bas soit, la ligne chaude.

 47
2007 : Détail. La remontée au plafond fait un point haut. L'autoconstructeur a
donc mis des purges à cet endroit pour ne pas avoir d'ennuis.

 49
2007 : Même image que précédemment, avec les lignes isolées. Sauf le siphon, ce
que est juste. Il manque juste encore les ligarex pour éviter que les
coquilles ne décollent à la longue.

 51
Revue du groupe, isolé cette fois. Notez que le triangle dans le
débitmètre est à mi-hauteur, ce qui indique qu'il y a du débit et donc,
que l'installation fonctionne.

L'échelle de ces débitmètres allant de 1 à 13 l/min, on voit que le débit
est environ de 8l/min. C'est beaucoup et c'est du au fait que les capteurs
2007 : sont en série et la ligne en en DN18 : il y a très peu de pertes de charge
et le circulateur est surdimensionné (ce ne serait pas le cas si les
capteurs étaient en 1x5 au lieu de 5x1 ; là le circulateur aurait toutes
les peines à sortir l'installation du low-flow).

A la mise en service, il nous a fallu étrangler le débit pour descendre à
5l/min. C'est donc un peu la misère de ce point de vue. L'autoconstructeur
peut échanger son circulateur avec un 15-40 moins gourmand : il faut pour
cela qu'il s'arrange avec le fournisseur. Comme via la vanne bleue dessus,
la vanne d'étrangement dessous et la vanne d'isolation du VE (cf. image
suivante) il peut isoler son circulateur, il peut donc le changer sans
avoir à vider tout le circuit.

Note : il va sans dire que dans un clef-en-main classique, ces
considérations passent à un niveau stratosphérique sur la tête de
l'installateur moyen.




 53
2007 : Mitigeur un peu planqué. Connexion en inox, probablement par
l'installateur local.

 55
2007 : Vase d'expansion, avec siphon et vanne d'isolation.

 57
2007 : Au moment ou l'autoconstructeur a pris cette photo, les lignes étaient
encore en grande partie non isolées, mais il faisait un cagnard d'été
dehors, et les capteurs étaient à 72°C, ce qui veut dire que le
chauffe-eau était déjà aux alentours de 60°C.



Il n'y a ici que 4heures que j'ai mis l'installation en route et c'est
déjà aussi chaud...impressinné.

 70
2007 : La pose des caissons et terminée et la finition peinture les rend très
discrets

 100
2007 : idem avec vue sur le coin des panneaux.

 102
2007 : Détail de la finition des caissons avec un joint silicone sur les côtés et
la face supérieure pour éviter toute entrée d'eau.

 104
2007
 106
2007 : Un projet qui m'a fait pas mal réfléchir et passer bien des nuits de peu
d'heure pour finalement arriver à un résultat autant plaisant
esthétiquement qu'efficace.

 120
2007 : Qu'il fait bon vivre sur la terrasse ou le balcon en pensant que le soleil
nous rend le plus bel hommage en chauffant l'eau juste en dessus de nos
têtes !!

 122


Copyright © 2017 Sebasol. All rights reserved.