Centres régionaux
 

 Accueil  Que faisons-nous ?  Réalisations  L'équipe  Installateurs  Apprentis  Revue de presse  Forum  Contactez-nous  Liens 
Martin (1184 Vinzel) 21 m2 ECS et appoint chauffage,rénovation




Galerie

Notre aventure a débuté en 2006 à l'achat de la maison. A peine arrivés, l'Etat nous informait que notre brûleur à gaz n'était plus aux normes et que nous avions le privilège de devoir le changer d'ici 2013. L'âge respectable de la chaudière à gaz (24 ans à l'époque) et surtout le bruit qu'elle faisait chaque fois qu'elle se mettait en route, nous ont encouragé à commencer des investigations pour assainir rapidement notre système de chauffage. Les idées se suivent... une chaudière à gaz nouvelle génération... bof, le prix du gaz étant ce qu'il est, on abandonne ! Une pompe à chaleur sol-eau..., le terrain sur lequel est construit la maison ne s'y prêt pas, nappes phréatiques en sous-sol ! Une pompe à chaleur air-eau... non, décidément ce n'est pas ça ! Lorsqu'un voisin nous parle de panneaux solaires et de Sebasol. Le poisson commence à mordre à l'ameçon, on regarde, on réfléchit, on fait le cours solaire thermique et... tout devient clair ;-) Ca sera des panneaux solaires avec un poêle hydraulique à bûches... histoire de ne plus (trop) dépendre de certaines énergies... Une mise à l'enquête et quelques retards administratifs plus tard, nous découvrons les joies de l'auto-construction...
 5
Septembre 2009, première étape : Réceptionner tout le matériel et essayer d'en faire quelque chose ! Ici, vous avez une partie du matériel concernant le champ solaire.
 10
Voici le groupe hydraulique et la régulation solaire (SORA) avec les pièces détachées qui permettront de déplacer le robinet de mise en service ou de faire la connection du vase d'expansion solaire...
 15
Comme chaque pièce a une raison d'être mais que de prime abord, c'est pas forcément évident pour une ou un non-initié, j'ai fait des tas pour y voir plus clair et finalement, faut pas croire, mais on y voit vraiment plus clair ;-)
 20
Petit zoom sur les pièces pour l'ECS... être auto-constructeur, c'est aussi aimer faire des puzzles...
 25
Le travail "sérieux" commence. Après avoir détuiler une bonne partie du toit, nous nous attaquons aux encoches dans les carrelets et ceci directement au sol. Avec le nombre d'encoches à faire, on a préféré le plancher des vaches plutôt que la pente du toit à 38° ! On voit déjà les encoches pour le profilé alu et celles pour la liaison des absorbeurs entre eux. Là, je suis en train de prendre les mesures pour les encoches de nos demis-absorbeurs - puisqu'avec nos 21m2 il y a parallélisation interne en 2 x(2 x 3,5 capteurs)... d'où les demis ;-)
 30
Pose du deuxième carrelet longitidinal sur le pavatex; on voit les lattes calibrées à 75cm qui permettent d'avoir le bon espacement entre les carrelets. Le premier carrelet en bas a été entaillé à 45° pour créer la goutte tombante (chanfrein).
 35
Détail des encoches faites pour le passage des lignes chaude et froide en façade. L'encoche dans le pavatex facilitera le travail du ferblantier qui n'aura pas à s'arracher les cheveux pour trouver une solution pour intégrer les lignes dans la ferblanterie (toutes les lignes sont insérées dans le champ)!
 40
Le cadre est presque fini (il manque les deux carrelets verticaux). On distingue tout en haut du champ le trou pour la purge (on l'a mise dans le grenier, histoire de ne pas avoir besoin de monter sur le toit pour purger).
 45
Une nuée de découpes pour alimenter les 2 x(2 x 3,5 capteurs), car tout l'art de la parallélisation interne, c'est que chaque champ soit irrigué de la même façon...
 50
Voici une photo d'un demi-capteur... Sur les 14 capteurs que comptent le champ solaire, 12 sont des "classiques" et 2 sont des "demis".
 55
Aperçu du "cour" du champ solaire, isolé en partie. A gauche, on distingue la descente de la ligne chaude ("enterrée" dans l'isolation). A droite, le demi-capteur avec ses bouts de tuyaux en cuivre pour l'arrivée froide (en bas) du champ supérieur et la sortie chaude (en haut) du champ inférieur...
 60
Le collecteur des lignes chaudes des 4 champs. La tuile dessous, c'est pour protéger la laine de pierre lors du brasage !
 65
Croisement des lignes froide et chaude dans le bas du champ solaire, avant la descente en façade. Le croisement est nécessaire pour que les lignes arrivent justes au groupe hydraulique (ligne froide à droite et ligne chaude à gauche).
 70
Vue d'une croisement de lignes sous un absorbeur...
 75
Voilà... tous les absorbeurs sont en place et connectés entre eux...
 80
Premier moment de "vérité", la mise sous pression (test à l'air) du champ pour les éventuelles fuites ;-). Les bouts des tuyaux ont été écrasés par les doigts experts de Cora, un peu d'ingéniosité et le système D est en place... La première mise sous pression nous révèle une fuite, localisée au niveau du collecteur des lignes chaudes, au deuxième essai, yes, ça tient !!
 85
Les vitres sont posées...
 90
Voici la purge manuelle avec sa bouteille installée au grenier. On distingue sur la photo le câble noir de la sonde de température du haut du champ ainsi que sa rallonge. La rapponse entre les deux a été faite au grenier et est donc facilement accessible..
 95
Les deux lignes en façade avec leurs habits d'armaflex... L'endroit où les lignes entre dans le local chauffage était déjà existant, ce qui nous a éviter de devoir faire une carotte dans le mur !
 100
Sebasol vous le dira . il n'y aurait pas besoin d'isoler davantage les lignes en façade, mais on ne savait pas quoi faire de ces restes de laine de pierre ;-)
 105
Magnifique travail de notre ferblantier qui nous a fait de beaux caissons pour protéger les lignes.
 110
Détail de ferblanterie du champ solaire.
 115
Ferblanterie du haut du champ solaire en une seule et unique pièce, superbe !
 120
Là, c'est l'histoire du profilé alu qui sort de la ferblanterie !!! On remarque bien que la ferblanterie entoure le profilé alu.
 125
Voilà, une dernière photo de la ferblanterie. A ce stade, le champ solaire est terminé et les lignes froide et chaude ont été posées jusque dans le local chauffage. Il nous aura fallu : env. 38h/homme pour la fabrication de nos 14 absobeurs et env. 140h/homme pour le champ solaire et l'arrivée des lignes au local chauffage ! Un bon bout de fait !
 130
Octobre 2009, deuxième étape : La maison Jenni nous livre l'accumulateur de 2640L . qui arrive saucissonné en 4 parties pour pouvoir entrer dans le local du chauffage. Sur la photo, on distingue au fond le rossnagel de 160L pour l'ECS (notre foyer compte 6 personnes) et à gauche un des deux serpentins.
 135
Vue de l'intérieur de l'accumulateur avec le serpentin solaire du haut et le rossnagel de 160 litres pour l'ECS.
 140
Une fois l'accumulateur soudé, il est rempli et mis sous pression afin de détecter d'éventuelles fuites au niveau des soudures.
 145
L'accumulateur avec son habit anti-rouille et ses inombrables piquages...
 150
Là, avec ses 20 cm d'isolation... On distingue à droite le corps de chauffe électrique de 4kW.
 155
Au premier plan, le vase d'expansion du circuit chauffage et de l'accumulateur (300 litres), vient en suite la régulation « Sora W », puis le groupe hydraulique et finalement le vase d'expansion du circuit solaire (80 litres).
 160
Détail du groupe hydraulique : en bas, prolongement du robinet de mise en service et départ vers le vase d'expansion. Au dessus, manomètre, soupape de sécurité et ligne de cuivre vers récipient.
 165
Vue des siphons des lignes chaude et froide au départ de l'accumulateur et de la vanne 3-voies de stratification. C'est la régulation solaire qui va gérer cette vanne afin qu'elle chauffe plutôt le ballon du haut ou alors celui du bas. Dans le cas présent, la priorité est donnée à l'ECS donc c'est le ballon du haut qui sera chauffé en priorité...
 170
Décembre 2009 : voilà notre accumulateur revêtu d'or ! Sur cette photo on distingue le groupe de distribution chauffage ESBE (en rouge). Tout à gauche, la connexion ECS. Entre les deux : les connexions au poêle hydraulique. A droite : le corps de chauffe électrique 4 kW pour ECS (si besoin) et les entrée et sortie pour un appoint au gaz . si des fois !
 175
Et pour terminer en beauté : notre poêle hydraulique ARCO Flam 15 Thermo, revêtement en pierre-ollaire sablée. Puissance nominale : 20,5 Kw don 12,5 hydraulique et 8 en rayonnement. Ce dernier trône fièrement au milieu de notre salon... Notre premier hiver a été un hiver test, puisque relativement froid... entre le 3 décembre 09 (date de la mise en service du poêle) et le 11 mars 2010, 5,5 stères de bois ont été brûlées... et depuis, le soleil a pris le relais !
 180
Détail du circuit hydraulique "caché" derrière le poêle. Notre salon étant situé juste au dessus du local chauffage, nous avons utilisé le trou pour l'appel d'air de l'ancienne cheminée pour faire passer tout ça.
 185


Copyright © 2017 Sebasol. All rights reserved.